Des environnements et une ambiance incroyable pour Diablo IV

1

La news trimestrielle sur Diablo IV est toujours attendue de pied ferme par les amateurs de hack’n’slash. Dernièrement les développeurs ont su aiguiser notre curiosité et surtout nous faire espérer un retour en force pour ce quatrième opus. Ce mois-ci le blog des développeurs s’attarde sur les environnements que l’on découvrira au fur et à mesure de notre aventure dans le jeu.

On le sait, Diablo IV va proposer une aventure dans un monde ouvert composé de cinq régions distinctes. À l’intérieur de ces régions, plus de 100 donjons viendront rythmer la progression de notre personnage. Le but des développeurs et de nous faire vivre une aventure exceptionnelle en nous immergeant le plus possible dans l’univers qu’ils auront créé. Assurément plus sombre que le troisième volet, Diablo IV mise sur la crédibilité des environnements plus que sur le réalisme. Cette cohérence est amenée par la foule de détails qui viennent construire chaque lieu en racontant sa propre histoire, un pan de de la vie de Sanctuaire. Cela passe aussi par l’ambiance des lieux et l’importance des éclairages ainsi que les conditions météorologiques changeantes.

Les artiste de Diablo IV nous promettent un monde vivant, où la pluie laissera des petites flaques d’eau dans les traces de sabots laissées par les chevaux, où la terre deviendra boueuse et où vous en viendrez même à espérer vous retrouver rapidement au coin d’un bon feu de cheminée afin de vous réchauffer.

Parmi les cinq zones de Diablo IV, on retrouvera la Côte de Scosglen, qui ressemble à s’y méprendre aux côtes sauvages irlandaises. De fébriles maisons en bois défoncées par les conflits locaux témoignent de la difficulté de la vie dans cette région. Il est impressionnant de voir comment les développeurs se sont amusés à créer un monde jouant sur la verticalité, à mettre en place l’ambiance avec les lumières et les brouillards, à faire danser la végétation au grès des rafales de vent qui rythment les bords de mer. Terre brûlée au vent, des landes de pierres, (…), Des nuages noirs qui viennent du nord colorent la terre, les lacs, les rivières… On s’y croirait presque.

Dans une toute autre ambiance, le Monastère d’Orbei se dressera dans les Steppes arides. Ici, l’eau a progressivement disparu, le sol craquèle de toute part, la végétation clairsemée et la poussière aura vite fait de recouvrir vos bottes.

Dans la région des Pics Fracturés, c’est la ville forteresse de Kyovashad qui vous offrira le gîte. Alors que le vent glacial s’engouffre dans les petites ruelles de la cité et que la neige tombe sans discontinuer, vous découvrirez la dureté des régions du nord où les gens vivent les uns sur les autres espérant trouver un peu de réconfort et de chaleur.

Ce voyage vous emmènera aussi au sein de donjons générés de manière totalement aléatoire. Cette génération aléatoire est un véritable défi pour les équipes car ils voulaient produire des donjons variés avec une véritable identité visuelle. De plus, il ne sera pas rare que les environnements varient en fonction de votre progression. Les équipes de développement ont mis en place un système de transition naturelle. Imaginez vous en train de parcourir des ruines d’un ancien monastère par exemple, de descendre plus profondément pour vous retrouver dans une grotte humide.

Bref, vous l’aurez compris, Diablo IV veut vous emmener en voyage et vous immerger au sein des régions de Sanctuaire comme jamais cela n’a été fait auparavant. On pourrait se demander si cela a un intérêt dans un hack’n’slash où bien trop souvent la vitesse d’exécution prime sur tout le reste, où l’on parcourt sous stéroïdes les différents environnements ne s’attardant qu’à de brefs moments pour remplir notre inventaire de nos différentes trouvailles. Il y aura forcément les détracteurs, mais il y aura aussi les joueurs qui, comme moi, voient dans Diablo une aventure, un voyage, une ode à l’exploration avant d’être une chasse au loot et à la puissance.

Lire la news trimestrielle ici

Article précédentSuperfuse, le hack’n’slash de Super-héros façon the Boys
Article suivantLost Ark annonce sa feuille de route d’avril et mai
Quarantenaire mais ma femme me dit que j'en ai 6. Je passe surement trop de temps devant mon écran à jouer à des hack'n'slash et des CRPG même si mon jeu favori restera à jamais Day of the tentacle.
S’abonner
Notification pour
guest
1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires