Preview de Diablo 2 Resurrected

1

Le 19 février 2021 lors de la Blizzzconline, ce sont des mois de rumeur qui ont laissé place à ce que certains n’osaient plus espérer : une version remaster de Diablo 2. Considéré par de nombreux joueurs comme le saint graal du hack’n’slash depuis plus de 20 ans, Diablo 2 avait su charmer toute une génération de slasheurs, les invitant à poursuivre l’aventure commencée quelques années auparavant. Véritable hymne au gothique gore, Diablo 2 avait su naviguer à contre courant de tous les standards de l’époque pour imposer sa propre direction artistique : sombre et sanglante à la fois. Qu’il était dérangeant de s’aventurer dans les couloirs du monastère envahis de créatures démoniaques, dans les rues de Tristram en feu alors que résonnaient encore les cris de joie des victoires passées. Et que dire de cette porte des enfers s’ouvrant devant nous, nous amenant dans ce qui encore aujourd’hui me fait frémir de peur. Diablo 2 ne vous laisse pas respirer et lors des rares moments de répit, vous êtes happé par le récit sanglant de Marius. Diablo 2 n’a pu vous laisser indifférent, alors qu’en sera-t-il de cette version retravaillée, appelée Diablo 2 Resurrected.

Mais quel enfer. Après l’échec total de la version remasterisée de Warcraft 3, qu’allaient-ils faire à notre « chair » et tendre Diablo 2. Il n’était pas possible que ce monument puisse subir le même sort que son confrère. De nombreux fans étaient déjà septiques quant à cette nouvelle version et serraient contre leur coeur, de toute leur force, leur version boite si précieusement conservée quand d’autres ne juraient que par les différents mods nés de la passion débordante de ces artistes du numérique. Le péché originel ne pouvait pas avoir lieu et la Team One de Blizzard devait alors passer les clés à Vicarious Visions, fier d’avoir su remettre au goût du jour d’autres pépites du jeux vidéo tels que Tony Hawk Pro Skater ou Crash Bandicoot. Méconnu du grand public, ce petit studio créé officiellement en 1995 et acheté par Activision en 2005 fut définitivement absorbé par Blizzard Entertainement quelques jours avant l’annonce officielle de Diablo 2 Ressurected.

A la surprise générale, Blizzard organisait en ce début avril la première alpha technique du jeu, en permettant à quelques heureux élus de parcourir les deux premiers actes avec le Barbare, la Sorcière ou l’Amazone. Disponible en téléchargement dans le Battle Net moderne, ce sont près de 21Go qui sont venus s’inscrire sur nos disques durs. Il était temps de partir souris et clavier en main à la poursuite de Marius et de son mystérieux compagnon.

Le passage au full 3D est impressionnant, les personnages gagnent bien évidemment en définition mais aussi en réalisme. On peut maintenant découvrir les traits des différents héros. Ces amas de pixels qui n’avaient de sens qu’après le passage de notre imagination prennent enfin vie grâce au travail de Vicarious Visions. On débarque alors au camp des rogues et tout nous semble si familier. Rien n’a bougé depuis 20 ans. Il ne faut que quelques secondes pour se remémorer l’emplacement des différents protagonistes de cet acte 1 qui nous demande d’aider les voleuses de la Sororité de l’Oeil Aveugle. Quelle étrange sensation de ne pas réussir à déceler le moindre changement, de n’avoir finalement connu que cette version du jeu. Mais quelle est cette malice ? Vicarious visions a tout simplement utilisé la version originale de Diablo 2 comme calque et est venu replacer un à un les éléments recréés en 3D. Un travail d’orfèvre d’une minutie extrême. Et c’est sûrement la plus grande force du jeu que d’avoir mis à disposition des joueurs cette touche « G » qui permet de basculer entre les deux versions sans chargement. Une simple pression nous transporte 20 ans en arrière et nous montre preuve à l’appui les changements apportés. Cela en devient même une fonctionnalité indispensable. On ne cesse de presser cette touche pour apprécier tout le travail réalisé par les développeurs. On veut s’assurer qu’ils n’ont touché à rien, que cette jarre était bien à cet endroit précis il y a 20 ans tout comme ce pentagramme de feu. Tout en restant fidèle à l’œuvre originelle, les développeurs se sont même permis d’embellir certaines zones en ajoutant ici et là quelques détails bien sentis. La place marchande de Lut Gholein n’en est que plus réaliste par exemple.

Maintenant que le décors est planté, il est temps d’aller nettoyer ce premier donjon infesté par les créatures du mal. Notre personnage réagit au quart de tour à nos ordres cliqués. L’animation est fluide et naturelle, le gap est monstrueux avec Diablo 2. Toutes ces frames manquantes dans les animations sont maintenant comblées que cela soit pour nous ou pour nos vils ennemis. Le tour de force de Vicarious Visions est impressionnant car ils ont réussi à donner vie à ces sprites souvent difformes. Encore une fois, on avance en s’émerveillant des changements apportés par développeurs en zoomant sur les détails des modèles 3D des mobs. Qu’il est bon 20 ans après, de constater que comme le bon vin ce Diablo 2 Resurrected est réellement une version bonifiée de son aïeul. L’ambiance aussi est rehaussée par ces nombreux jeux de lumières rendant l’atmosphère sombre de cet opus encore plus intense et que dire de ces reflets éphémères dans les flaques d’eau ici et là. Tous les effets visuels ont aussi subit ce grand coup de polish et cela a vraiment été fait avec une passion débordante pour le jeu. Que cela soit pour les effets météorologiques comme ce vent et cette pluie qui nous accompagnent dans les plaines du premier acte, l’ambiance feutrée et charnelle du harem de Lut Gholein, ainsi que les sorts de nos héros qui se voient dotés de sublimes animations supportées par un visuel à la hauteur de nos espérances. Les développeurs de de Vicarious Visions ont pris soin du jeu comme s’il était leur propre enfant.

De ces améliorations émergent un gameplay rehaussé. Tout semble bien plus naturel, la fluidité des animations aidant. Il est vraiment agréable de parcourir les différents tableaux que le jeu a à proposer et de se battre pour sauver sanctuaire de cette menace grandissante.

Mais alors, Diablo 2 Resurrected ne serait finalement qu’un enrobage de la version initiale ? Oui et non. Non car on retrouvera une flopée d’améliorations de qualité de vie comme le ramassage automatique de l’or ou le coffre partagé pour échanger des objets plus facilement entre nos personnages. Le jeu est aussi prévu sur console, de ce fait la prise en charge de la manette a été travaillée avec soin par les développeurs et améliore même le gameplay par rapport à la version clavier souris qui demande un peu plus de gymnastique pour passer d’un sort à l’autre, alors que tout est plus naturel au pad.

Et oui, car derrière tout cela, c’est toujours Diablo 2 original qui est le moteur de notre aventure. L’IA des monstres est toujours la même et produira toujours les mêmes comportements erratiques tandis que votre compagnon se bloquera facilement dans les couloirs étroits ou décidera tout simplement de foncer tête baissée dans la mêlée quand bien même il serait plus performant à distance.
La gestion de l’inventaire est un véritable casse-tête : les potions ne peuvent pas s’empiler, les charmes prennent toujours bien trop de place et tout ce rangement devra se faire manuellement sans que l’on puisse faire appel à une fonction de tri automatique. Et puis il y l’endurance, ce mécanisme dont je ne saisi pas la pertinence à l’heure actuelle.

Le parti pris est clair, ne pas changer outre mesure le gameplay du jeu d’il y a 20 ans mais je ne suis pas sûr que tous les joueurs acceptent une telle prise de position. On aimerait effectivement que les éléments de qualité de vie aillent bien plus loin sachant qu’en rien ils ne viendraient perturber l’essence même de Diablo 2 qui réside principalement dans son histoire et son ambiance jusqu’ici inégalés.

Alors il reste encore beaucoup de choses à découvrir sur le jeu, on a hâte de pouvoir se replonger dans l’aventure de ce Diablo 2 Resurrected. Découvrir ces cinématiques retravaillées, de pouvoir pousser l’aventure au-delà de Lut Gholein, d’essayer de nouvelles classes, de jouer entre amis et bien sûr de chatouiller les cornes de Diablo.
Annoncé au prix de 40€, il y a de quoi y réfléchir à deux fois avant de franchir le pas et de sortir la carte bleue. Toutefois il faut bien reconnaitre que le travail effectué est d’une grande qualité et balaye d’un revers de la main les doutes des plus septiques. Vicarious Visions nous livre ici un véritable hommage à Diablo 2. On pourrait tout de même espérer que Blizzard aille un peu plus loin dans ce remaster en proposant une expérience en jeu plus agréable encore sans dénaturer l’œuvre originelle. Les retours des joueurs seront primordiaux quant à la suite à donner à Diablo 2 Resurrected.

Article précédentPath of exile dévoile le patch note d’Ultimatum
Article suivantDiablo Immortal lance son alpha fermée avec le Croisé
Quarantenaire mais ma femme me dit que j'en ai 6. Je passe surement trop de temps devant mon écran à jouer à des hack'n'slash et des CRPG même si mon jeu favori restera à jamais Day of the tentacle.
S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
le plus récent
le plus ancien
Inline Feedbacks
View all comments