Sanctum Breach, découverte de l’accès anticipé

0

Information : Cette découverte est réalisée sur la version alpha v1.2 du jeu disponible en Early Access sur Steam. Ce qui sous-entend que tout ce qui peut être dit peut-être amené à de nombreux changements d’ici la sortie.

Sanctum Breach est un jeu de type Hack and Slash dans la lignée des jeux comme Diablo 2, Path Of Exile ou encore Grim Dawn avec vue isométrique et un fort accent sur son contenu endgame ainsi qu’une grande customisation des personnages. Pour cela, on retrouve donc tout ce qui est nécessaire au genre à savoir différentes classes, des sorts actifs et passifs ainsi que des équipements sur plusieurs tiers de rareté. 

Le jeu est développé et édité par Reroll Gaming. Il y a de grandes chances que ce nom qui ne vous dise rien, car derrière celui-ci se cache un seul développeur qui a pour (trop) grande ambition de réaliser un Hack and Slash. Suite à un échange avec ce dernier, il nous apprend qu’il est actuellement en formation en Game Design depuis environ 3 ans. Il s’agit là de son premier vrai jeu qui ne soit pas un projet d’étude.

Le jeu utilise le moteur 3D Unreal Engine 4, ce qui est très pratique pour avoir un rendu rapide, mais qui aura forcément des limitations ou points négatifs que l’on verra plus tard.

Aucune date n’est connue pour le moment, il faudra suivre son développement pour en apprendre un peu plus. Seule information, le jeu devrait passer en bêta 6 mois après la sortie de son « early access » sur Steam et une release est estimée à décembre 2020. Bien entendu, au vu de l’état d’avancement du projet, nous ne recommandons pas pour le moment de s’appuyer sur ces dates.

L’histoire et son environnement

Sanctum Breach se place dans un univers « médiévale fantaisie » comme on le retrouve souvent dans le genre. Le jeu nous raconte son histoire à travers les 4 actes (actuellement 2 sont disponibles) qu’il nous propose. Pour le moment, il s’agit surtout d’un enchaînement de quêtes qui nous font visiter les divers environnements.

Les différentes classes

La première chose que l’on cherche à savoir dans ce genre de jeu, en plus de son contenu et de sa profondeur, c’est le système de classe… Est-il fixe comme dans un Diablo, plus libre comme le fait Path of Exile ou une sorte d’hybride à la Grim Dawn ? Dans le cas de Sanctum Breach, on peut jouer 4 classes différentes actuellement pour un total de 6 à la sortie du jeu.

Il est assez difficile de juger des différences et de l’équilibrage du jeu pour le moment. Cela demanderait un temps de jeu conséquent. Mais de ce que nous avons pu en voir, elles sont toutes assez clivantes les unes des autres. Chacune ayant ses propres sorts, des animations uniques, mais qui au moment du test ne donne pas forcément envie de part du manque de maîtrise du moteur.

Soyons clairs. Bien que l’on ressente l’envie du développeur de faire un jeu dynamique, les nombreux bugs en tout genre gâchent énormément l’expérience de jeu. Il est presque impossible de prendre du plaisir sur la progression : les ennemies infligent trop de dégâts et on est dans l’impossibilité d’esquiver. Mais surtout, chaque mort nous prend l’entièreté de l’expérience du niveau en cours. Un choix de gameplay hardcore totalement assumé.

Bref, il y’a pas mal de choses à tester et à surveiller, mais le jeu demande encore pas mal d’améliorations pour s’en rendre compte.

 Les sorts actifs ou passifs, gemme et runes ?

Concernant les divers sorts, on retrouve une sélection d’actifs qui se débloquent au fur à mesure que votre personnage progresse. Chacun des sorts s’améliorent lorsqu’on les utilise pour devenir de plus en plus puissant. Actuellement, le jeu limite leur progression au niveau 30, mais cela ira plus haut une fois le jeu sorti.

Concernant l’arbre passif, il permet de dépenser quelques points qui amélioreront notre personnage en ajoutant des statistiques de récupération ou d’augmentation de la vie ou du mana. Cela permettra aussi d’ajouter quelques dégâts supplémentaires. Visuellement, l’arbre n’est pas vraiment agréable et l’on ne sait vraiment pas par où le commencer. C’est également le cas pour toutes les informations sur les interfaces utilisateurs. Il y a un manque cruel de finitions. Même si cela peut tout à faire être logique en phase de développement, on a peine à pense que tout cela pourra être gommé par une seule personne. En plus de cela, le jeu peine graphiquement. Le travail restant s’annonce titanesque.

L’itémisation

L’itémisation est au niveau du reste du jeu. On sent toute la bonne volonté de faire du loot aléatoire avec différents tiers qui donnent la sensation de looter une nouvelle pièce qui pourra potentiellement tout changer. Mais là encore, on se retrouve avec un inventaire beaucoup trop limité, une grande quantité d’équipement dont on ne sait vraiment pas quoi faire. En plus de cela équiper une nouvelle pièce ne change en rien le ressenti au niveau du gameplay. Mais surtout, on passe son temps à jeter les objets par terre pour ramasser les nouveaux en espérant que celui-ci soit plus intéressant. 

Au niveau, des statistiques, il est bon de noter que l’on retrouve tout ce dont on a besoin : des dégâts critique, des résistances, des régénérations ou augmentations des points de vie ou de mana.

Aussi existe-t-il déjà un système de craft intégré au jeu qui permet, en échange de pièces ou compos, d’obtenir d’autres équipements, sans avoir à passer par un artisan ou de retourner dans une ville.

Les différents modes de jeu

On retrouve les bases que l’on connaît. Un mode de jeu classique et un mode hardcore ou la mort est définitive. Le jeu est actuellement solo et il n’y a aucune précision quant à un mode multijoueur dans le futur. Au vu de la montagne de travail restant, ce n’est pas plus mal d’éviter de s’encombrer avec une telle fonctionnalités. On sait par exemple le travail conséquent que les développeurs de Wolcen ont du produire pour l’intégrer.

Comme dit un peu plus haut, le jeu s’oriente vers un contenu endgame et ça tombe bien, car c’est surtout cela qui nous intéresse. Oui, il y’a une histoire dans les Hack and Slash. Oui il y’a de beaux environnements. Mais ce qui compte avant tout c’est la diversité qui nous est proposée une fois que le leveling est fini.

Sanctum Breach propose différents modes plus ou moins intéressantes. 

Le mode Conquêtes :

Il s’agit-là, de conquérir un camp ayant un groupe d’ennemis généré aléatoirement ainsi qu’un ou plusieurs mini boss. Le tout est agrémenté avec des modificateurs plus ou moins variés qui sont appliqués aux ennemies (Résistance au feu, froid, dégâts augmentés, etc.). 

Le mode Arène :

Des vagues infinies d’ennemis qui augmentent en difficulté en fonction du niveau joué et permettent d’apporter des récompenses en fonction de celui-ci.

Le mode mythique :

Cela reprend le concept du mode conquêtes, mais cette fois-ci il est orienté autour d’un boss majeur comme un Dragon ou Minotaure. Le but étant de proposer un défi un peu plus élevé, risqué mais qui récompensera d’avantage les joueurs.

Le mode Boss :

Tout simplement un combat de boss avec une petite particularité. Il sera en effet possible de combattre jusqu’à 3 boss aléatoires en même temps. Cela peut être intéressant, car certains butins y sont exclusifs.

Le mode Abîmes :

C’est le dernier mode que propose le jeu en plus de son histoire. C’est une sorte de donjon généré aléatoirement sans fin où l’on pourra engager une IA mercenaire afin de progresser dans cet environnement et explorer les profondeurs pour trouver différents trésors.

Le contenu de l’Early Access

C’est via Steam que nous pouvons découvrir ce qu’il nous attend dans le jeu lors de cet « early access », le développeur nous prévient qu’actuellement seuls 35% du contenu y est implémenté. On retrouve donc les premiers actes, les premiers modes de jeu, etc.

  • Acte 1 et 2
  • Boss fight
  • Mode Conquêtes
  • Arène
  • Mythic Trial
  • Endless Abyss
  • 4 classes avec des sorts bloqués au level 30 maximum
  • 5 tiers d’équipement bloqués au level 30 maximum
  • 2 zones qui s’adaptent au niveau du personnage afin de tuer des ennemies sans fin

Le ressenti global et les espérances du projet

Comme dit plus haut, le jeu utilise le moteur Unreal engine, le tout développé quasiment entièrement en « Blueprint » (une sorte de Visual Scripting propriétaire de la société Epic Games). Ceci vous obligera donc de télécharger 10Go supplémentaire afin de faire tourner le jeu. Quand on voit le contenu actuel, il est clair que le choix du « Blueprint » n’est pas forcément la meilleure solution tout comme le moteur qui apporte beaucoup d’avantages, mais on sent le manque de maîtrise de celui-ci.

Pour ce qui est de l’aspect graphique, le jeu ne ressemble en rien à ce qu’on peut voir chez les concurrents. Mais il faut bien prendre en compte que l’on est face à un très petit projet réalisé par une seule personne. Le jeu est auto-financé et réalisé sur du temps libre. Bien que l’on espère que celui-ci s’améliorera avec le temps, il faut tout de suite se mettre en tête que nous ne pouvons pas nous attendre un aspect et des finitions parfaites.

Actuellement, Sanctum Breach est disponible sur Steam pour 13,29€ et pour 9,99€ sur Discord. Celui-ci augmentera de 50% pour la sortie, il faudra alors compter 26/29€. 

Conclusion 

Sanctum Breach est un jeu beaucoup trop ambitieux pour une seule personne. Le Hack and Slash est un genre complexe, difficilement gérable par une petite équipe. C’est l’une des raisons qui explique le faible nombre de titre sur le marché. Alors essayer de le faire seul devient vite très compliqué. On sent toute la bonne volonté du développeur pour intégrer les bases habituelles du genre. Mais tout cela manque de finitions que ce soit les interfaces austères ou encore son aspect graphique non maîtrisé. Au final Sanctum Breach n’est pas agréable du tout à jouer. 

Les animations et les bugs de collision ne font que s’ajouter aux principaux défauts. Nous ne voyons pas comment le jeu pourrait s’améliorer sous l’impulsion d’une seule personne. Il est bon de voir des Hack and Slash pointer le bout de leur nez mais avec Sanctum Breach, nous sommes loin de croire que l’on pourra voir le jeu sortir dans un état acceptable un jour ou l’autre.

Généralement, je n’ai pas la critique facile et j’aime donner la chance à tous les projets qui voient le jour, mais là ce n’est pas le cas. Si vous cherchez un nouveau A-RPG passez votre chemin il existe encore de nombreux autres projets qui valent bien mieux. Reste à voir d’ici un an son évolution et s’il y a un intérêt lui donner une seconde chance.
Tasaka Sama
Tasaka Sama

Pour finir, voici un petit aperçu en vidéo réalisé par son développeur qui vous donnera envie ou pas de tester cela :

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments